Certains aliments – comme les frites – semblent aller droit dans les cuisses, les fesses, et dans la graisse du ventre.

Mais d'autres vont droit au cerveau et améliorent les capacités intellectuelles : meilleure mémoire, meilleure concentration, rapidité et prise de décision.

Une étude publiée en janvier 2012 dans la revue scientifique Neurology montre que les personnes qui consomment certains aliments ont tendance à avoir un cerveau plus gros et plus performant. Et le plus beau : cet effet s'observe chez les personnes âgées (75-90 ans) et même au-delà.

Alors si vous avez dans votre entourage des personnes âgées qui souhaitent conserver toutes leurs facultés mentales, ou si vous souhaitez vivre longtemps avec un cerveau en plein état de marche, voici les aliments que vous avez besoin de consommer :

Nourriture pour l'esprit

Plutôt que de s'appuyer sur les déclarations des 104 participants à l'étude, ce qui crée toujours des inexactitudes, les chercheurs ont procédé à des analyses sanguines qui indiquaient la quantité de certains aliments que consommaient ces hommes et ces femmes, âgés en moyenne de 87 ans. Le régime alimentaire évolue bien sûr avec le temps, mais les analyses sanguines donnent un cadre précis de ce qui est consommé ou non.

Les chercheurs ont ensuite fait passer un scanner du cerveau aux participants pour détecter d'éventuelles différences physiques dans le cerveau liées au régime alimentaire. Ils leur ont ensuite donné douze exercices pour tester leurs facultés intellectuelles. Un exercice testait leur mémoire, en leur demandant de se souvenir d'un paragraphe après un délai. D'autres exercices mesuraient leur capacité à prendre des décisions, à s'organiser, et à s'adapter, en leur demandant de relier des chiffres et des lettres selon un certain ordre, aussi vite que possible.

Voici ce que cette étude a révélé :

Ce qui aide le cerveau : une forte concentration dans le sang des vitamines B, C, D et E et d'acides gras oméga-3 était associée à de meilleures capacités à décider, à s'organiser, et à se concentrer et à se repérer dans l'espace. Et les participants ayant la meilleure mémoire avaient des niveaux de cholestérol HDL plus élevés, ainsi que des taux plus élevés de lutéine et de zéaxanthine, des antioxydants.

Ce qui nuit au cerveau : d'un autre côté, les participants ayant le taux le plus élevé d'acides gras trans dans le sang souffraient plus de confusion que les autres, et avaient un cerveau plus petit que les autres.

Les acides gras saturés (viande, produits laitiers) nuisent au cerveau

De plus, les simples graisses saturées, omniprésentes dans l'alimentation moderne (produits laitiers, viandes, charcuteries) nuisent aussi aux fonctions intellectuelles.

Plus de 6 000 femmes âgées d'au moins 65 ans ont été suivies pendant presque dix ans par des chercheurs de l'école de santé publique de Harvard. Leurs habitudes alimentaires ont été notées et des tests cognitifs ont été effectués pour mesurer leur capacité de réflexion, leur mémoire et leur expression orale.

Plus les apports en graisses saturées sont élevés, moins les performances intellectuelles sont bonnes avec le temps. Inversement, un apport élevé en acides gras monoinsaturés semble protéger les fonctions cérébrales. (2) Les acides gras mononinsaturés se trouvent dans l'huile d'olive et les avocats.

Pour préserver votre cerveau, il vous faut (4):

cerveau

 

Vitamine B1 (ou thiamine) :
Très importante – conséquence sur la fatigue, l’irritabilité, la mémoire, les insomnies…
Elle joue un rôle dans la transmission de l’influx nerveux (mémoire et concentration) et dans la régulation su système nerveux (antidépresseur, anxiolytique) en transformant les glucides en énergie.
 = céréales complètes, fruits, oléagineux, algues, légumes, jaune d’œuf, viande et poissons.
Elle est détruite lors de consommation de produits raffinés tels que les pâtes, pain et riz blanc, le sucre blanc.
Vitamine B6 (ou Pyridoxine) : 
Permet la fabrication de sérotonine, mélatonine et dopamine ; augmente l’assimilation du Magnésium (qui est aussi un régulateur du syst. Nerveux) – énervement, irritabilité, migraine.
 = aliments riches en protéines, céréales complètes, légumineuses et les noix
Silice :
Pour la structure, la souplesse (tant physique que psychique d’ailleurs).
 = sources végétales : légumes racines, feuilles vertes, céréales complètes, la peau des fruits, le soja…
Vit E (ou tocophérol) :
Souplesse de la membrane cellulaire, elle aura une action sur les personnes à tendance maniaco-dépressif ; elle joue également un rôle dans la circulation et microcirculation.
 = céréales complètes, huiles de bonnes qualités et bio, jaune d’œuf, germe de blé, spiruline
Vit C (ou acide ascorbique) :
C’est la reine des vitamines ; favorise, entres autres, l’utilisation de vitamines B et E.
 = les végétaux frais dont les agrumes surtout et les fruits rouges.
Phosphore :
Action sur la mémoire et la concentration. Joue un rôle dans la formation de cellule nerveuse du cerveau.
 = surtout dans les aliments riches en protéines : fromages, œufs, poissons, légumineuses, céréales complètes, les fruits séchés (pruneau)…
Lithium :
Pour les aspects déprime, dépression – il est relaxant, tranquillisant et antipsychotique. C’est le remède du système nerveux central.
 = céréales complètes, légumes racines, algues, poissons, crustacés.
Les Acides Gras Essentiels (AGE) :

Le cerveau est composé d’au moins 60% de matière grasse, vous comprenez ainsi l’importance d’apporter du « bon gras » à votre système nerveux… il en a BESOIN.  Les AGE sont des acides gras qui ne sont pas synthétisés par notre organisme – ils sont apportés, entres autres, par les poissons gras (type maquereau, sardine, hareng, saumon…), les huiles bio de première pression à froid (et que vous conserverez au réfrigérateur afin d’éviter l’oxydation) et par les oléagineux types amandes, noix, noisettes, noix du Brésil…..

Les noix et noisettes sont riches en phospholipides indispensables à l’équilibre du système nerveux – d’ailleurs la noix est en forme de cerveau….si si, allez vérifier et vous comprendrez pourquoi elle est si bénéfique - sous forme d’oléagineux ou en huile, elles agrémenteront à merveille vos salades et autres mets colorés.

 

Une bonne hygiène de vie est primordiale ;

 

-       Aérez votre "cerveau" avec des marches en forêts ou en bord de mer, faites du sport, RESPIREZ !
-       Relaxez-vous par le biais de massages, de la réflexologie plantaire, la méditation, le yoga, ….
-       Consommez des légumes et des fruits de saison qui regorgent de TRESORS

Une vie intellectuellement active ne change rien

Les personnes qui ont suivi de longues études ont autant de risque d'expérimenter des troubles de la mémoire avec l'âge que celles qui ont fait des études courtes. De la même manière, le fait d'avoir exercé un emploi complexe, sollicitant beaucoup le cerveau, ne change rien, une fois arrivée la retraite. (2)

Quel que soit votre passé donc, vous ne conserverez de bonnes capacités intellectuelles jusqu'à un âge avancé que si vous soignez votre alimentation selon les conseils ci-dessus, et si vous restez actif socialement, mentalement et physiquement, selon une étude réalisée par le professeur Lars Nyberg et publiée dans Trends in Cognitive Sciences. (3)

Car c'est vraiment le mode de vie et les facteurs environnementaux qui permettent de préserver vos fonctions intellectuelles, selon le Pr Nyberg. En suivant ces conseils, vous pouvez maintenir des performances intellectuelles élevées, identiques à celles d'un adulte plus jeune.

Pour rester jeune dans votre tête, fuyez votre canapé, oubliez les snacks et reprenez des activités qui vous mettront aux prises avec des choses réelles et des êtres humains en chair et en os.

 

cerveau-sante

 

Vous pouvez également améliorer la santé de votre cerveau pas des compléments alimentaires : http://www.la-vie-naturelle.com/site_partenaire:c2fbff2512

 

**********************

Sources de cet article :

  1. Neurology, janvier 2012.
  2. Okereke, O. I., Rosner, B. A., Kim, D. H., Kang, J. H., Cook, N. R., Manson, J. E., Buring, J. E., Willett, W. C. and Grodstein, F. (2012), Dietary fat types and 4-year cognitive change in community-dwelling older women. Ann Neurol.. doi: 10.1002/ana.23593.
  3. Lars Nyberg, Martin Lövdén, Katrine Riklund, Ulman Lindenberger, Lars Bäckman. Memory aging and brain maintenance. Trends in Cognitive Sciences. Volume 16, Issue 5, May 2012, Pages 292-305, ISSN 1364-6613, 10.1016/j.tics.2012.04.005.
  4. http://vivreonaturel-mary.blogspot.fr/