image

Pourquoi se contenter de l'injonction "pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop salé ou trop sucré", alors qu'il faudrait à l'évidence ajouter "évitez aussi de vous asseoir" ? Il est en effet dangereux de rester l'arrière-train sur une chaise. Toutes les études s'accordent sur le sujet.

Que vous soyez devant votre écran, votre télévision, votre assiette, en voiture, ou tout simplement dans votre canapé, votre corps souffre... et votre espérance de vie diminue. Et le phénomène prend aujourd'hui des allures d'épidémie avec la généralisation des ordinateurs sur le lieu de travail.

L'introduction de l'informatique dans nos administrations, nos entreprises, nos domiciles, nos lieux publics et même aujourd'hui nos moyens de transports, a produit des gains de productivité fabuleux. Cependant, on s'aperçoit aujourd'hui que l'ensemble de ces gains risquent d'être annulés, voire dépassés par la catastrophe sanitaire à grande échelle qui découle de notre nouvelle façon de « travailler », assis dans un fauteuil, huit heures par jour ou plus. Maladies cardiaques, diabète, obésité et même cancers, les effets délétères de la position assise sur notre santé sont en train de dépasser les pires anticipations des médecins.

L'étude menée par les chercheurs de l'université de Sydney entre 2006 et 2010 concluant que plus une personne s'assoit, plus elle a de chances de mourir tôt, et que les personnes assises plus de 11 heures par jour ont 40 % de risque en plus de mourir dans les trois ans que celles qui se sont assises moins de 4 heures par jour. Tout comme celle de l'American Cancer Society démontrant que les personnes assises plus de 6 heures par jour ont un taux de mortalité supérieur de 20 % pour les hommes, et de 40 % pour les femmes, à celui des salariés qui y passent moins de 3 heures.

La pire menace pour l'homme moderne

A la cueillette de baies sauvages, aux champs, à la chasse, ou aux tâches domestiques, l'essentiel de nos vies se passait autrefois en position debout. Mais avec l'avènement de la télévision, du bureau, puis de l'ordinateur, nous passons aujourd'hui plus de temps assis que jamais dans toute l'histoire de l'humanité : 9,3 heures par jour, c'est-à-dire encore plus que dans notre lit (7,7 heures par jour).

Nos corps n'ont pas été prévus pour ça. Et de terribles conséquences commencent à se faire sentir :

Risque de décès : + 40 %

Si vous passez plus de 6 heures par jour en position assise, votre risque de décéder dans les 15 ans est 40 % plus élevé que celui d'une personne qui reste assise moins de 3 heures par jour. Ceci indépendamment du fait que vous fassiez ou non du sport.

En moyenne dans notre société, en dehors des heures de sommeil, une personne passe 9,3 heures assise (ou, de plus en plus, vautrée...), 6,5 heures à des activités physiques de faibles intensité, position debout ou marche, et 45 minutes à une activité physique de forte intensité (courir, faire du sport).

La première conséquence pour notre santé est bien sûr l'obésité : entre 1980 et 2000, le temps moyen passé à faire du sport est resté le même, mais notre temps en position assise a augmenté de 8 %. Le taux d'obésité, lui, a doublé.

Cela s'explique par le fait que la position assise n'entra îne quasiment aucune dépense énergétique. Par rapport à la position assise :

  • vous consommez 10 % de calories en plus lorsque vous êtes debout ;
  • vous consommez 15 % de calories en plus lorsque vous mâchez du chewing-gum ;
  • vous consommez 150 % de calories en plus lorsque vous marchez ;
  • vous consommez 220 % de calories en plus lorsque vous montez des escaliers.

Mais les conséquences négatives de la position assise sur votre santé ne se font pas uniquement sentir à long terme. Votre corps commence à se déstructurer dès que vous vous asseyez.

Comment la position assise vous détruit

A peine êtes-vous assis que :

  • l'activité électrique dans vos jambes s'interrompt ;
  • votre consommation d'énergie descend à 1 calorie par minute ;
  • les enzymes qui aident à casser les molécules de graisses baissent de 90 % ;

Après deux heures :

  • votre taux de cholestérol HDL, ce que beaucoup de médecins appellent le « bon cholestérol », baisse de 20 %.

Après 24 heures :

  • l'efficacité de l'insuline baisse de 24 % et le risque de diabète augmente.

Les employés de bureau et les personnes dont le métier implique d'être assis ont un risque de maladies cardiovasculaires multiplié par deux.

 Bref, la position assise tue autant que le tabac ou l'alcool.

Comment quitter votre chaise vivant

image

Pour la plupart d'entre nous, être au bureau devant un ordinateur huit heures par jour est inévitable. Mais c'est ce que nous faisons en dehors de cette période qui pose un problème mortel. Les 30 minutes d'exercices par jour recommandées ne sont pas suffisantes. Quittez la position assise dès que vous le pouvez.

  • Si vous avez un téléphone de bureau sans fil, ou lorsque vous êtes en communication sur votre téléphone portable, profitez-en pour marcher dans votre bureau ;
  • Prenez toujours les escaliers au lieu de l'ascenseur ;
  • Si vous devez faire une réunion à deux, où la prise de notes n'est pas indispensable, pourquoi ne pas proposer à votre collègue de faire une promenade pendant que vous parlez ? En plus des avantages pour votre santé, la promenade, qui permet d'échanger en étant côte à côte plutôt que face à face, facilite la communication. Elle crée des liens de confiance, favorise énormément la sincérité, ainsi que la qualité de la réflexion et la clarté des propos, le cerveau étant mieux oxygéné ;
  • Préparez-vous même votre repas à midi, si votre bureau est équipé d'une cuisine : en vous organisant bien, et en préférant les crudités, les 15 minutes que vous passez habituellement à attendre assis sur une chaise ou à décongeler votre plat seront mis à profit pour faire une activité en position debout qui change les idées, délasse, et prépare votre système digestif (salives, enzymes) pour mieux digérer. Vous économiserez également de l'argent...
  • Au bureau, dégourdissez-vous les jambes toutes les 10 minutes, ou une minute toutes les heures, ce qui diminuera de 20 % votre risque cardiovasculaire. Il est en effet avéré que pour contrer l'immobilité, source de tous les dangers, tous les mouvements comptent, même les plus mineurs, comme le fait de lacer ses chaussures. Au point que ces petits mouvements font désormais l'objet d'études très sérieuses de la part des chercheurs américains qui les ont baptisés NEAT, abréviation de Non-Exercise Activity Thermogenesis.
  • Renouez avec la tradition des employés de bureau du XIXe siècle, lorsque comptables et clercs de notaire auraient jugé impensable de s'asseoir, et organisez vos réunions debout, ce qui aura l'avantage de les faire durer moins longtemps.
  • Ou, plus radical encore, prévalez-vous de l'exemple de Léonard de Vinci, Winston Churchill, Vladimir Nabokov, et plus récemment de Philip Roth, pour demander un "standing desk" à votre employeur. Ces bureaux ajustables ou surélevés, qui sont même parfois combinés à un tapis de course pour faire un petit footing en travaillant, ont en effet commencé à fleurir dans la Silicon Valley. Ils y ont été lancés par des entreprises comme Apple, Google, ou Facebook, qui, conscientes de leur responsabilité dans la tendance à l'allongement du temps passé assis devant des écrans, ont promu le travail debout. D'où ce nouveau marché, dominé par Steelcase, au chiffre d'affaires d'environ 40 millions de dollars, qui a ouvert la voie à nombre de PME, comme ErgoDesktop, TrekDesk, ou Focal Upright Furniture, commercialisant des bureaux dont les prix varient de 260 à 4 000 dollars.

Et surtout, surtout !

Eteignez cette télé !

Les personnes qui passent trois heures par jour ou plus à regarder la télévision ont 64 % de risque en plus de mourir du cœur.

Et cette terrible nouvelle : parmi les personnes qui regardent trois heures par jour la télévision, ou plus, le taux de surpoids et d'obésité est exactement le même, qu'elles fassent ou non du sport.

 

Florence Savornin

 

Source :

Santé Nature Innovation

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/cecile-david-weill/rester-assis-tue-autant-que-la-cigarette-ou-l-alcool-04-01-2013-1608389_507.php