Que ce soit avec l'aide d'un stylo ou d'un clavier, nous savons tous déjà, et sans nécessairement en avoir conscience, nous faire du bien. Plusieurs études ont montré les vertus de l'écriture sur nos réparations intérieures. C'est un pouvoir que nous avons sur notre psychisme, mais aussi sur notre corps. Sous forme de journal, de lettre ou même de blog, nous tirons tous des bénéfices substanciels à nous exprimer. Ces écrits peuvent être confidentiels ou puplics. Ce qui compte avant tout, c'est d'avoir pris quelques instants pour écrire. En voici les bénéfices identifiés : mieux apprendre, atténuer nos angoisses, nous remettre de nos traumatismes, améliorer notre santé et améliorer nos relations sociales. 

Lorsqu'on a besoin de retenir une information, comme doivent le faire des étudiants, par exemple, l'écrire engage notre
mémoire
. C'est un peu comme si les éléments se consolidaient au contact de nos doigts et nous apportaient une meilleure compréhension. En les retraduisant dans notre vocabulaire, notre cerveau se souvient.

Par ailleurs, écrire ses angoisses libère nos capacités cognitives et nous permet de mieux faire ce que nous avons à faire. Le professeur Sian Beilock, de l'université de Chicago, cible ses recherches autour de la sensation d'étouffer quand on est sous pression et du poids de ce qui nous limite dès lors que des attentes sont fortes. Phénomène banal des examens, mais tellement répandu.

Lorsque nous devons nous concentrer, nous faison appel à une mémoire de travail. C'est la portion immédiatement accessible de notre cerveau, indispensable dans les moments d'activatiion commandée. Mais elle est polluée par nos inquiétudes, qui se nichent aussi à cet endroit précis.

685358132_b71b772ca9

Expérience n°1 :

Sian Beilock a donc demandé à des étudiants de prendre 10 minutes pou décrire le stress qu'ils éprouvaient avant un examen de maths et a comparé leur puissance de feu au cours de l'épreuve : expression de leurs connaissances et nature de leur raisonnement. Les résultats des étudiants ayant "libéré" leurs angoisses étaient significativement meilleurs que ceux des étudiants que l'on avait juste incité à faire du mieux qu'ils pouvaient. 

--> Nous pouvons donc considérer ces 10 minutes comme un ménage nécessaire avant l'assaut. Une décompression de nos inquiétudes, utile avant une présentation à un client, un exposé, une prise de parole en public, une rencontre avec quelqu'un d'intimidant, un entretien d'embauche, un coup de fil difficile, un rendez-vous galant, etc.

Mais cet exercice s'applique aussi aux situations les plus traumatisantes. Plusieurs études ont démontré que consacrer 15 minutes par jour, pendant quatre jous consécutifs, à consigner ses pensées et ses émotions à propos d'un évènement terrible de notre vie suffisait à améliorer notre humeur, nous sentir mieux psychologiquement et même diminuer les effets d'un choc post-traumatique. 

Expérience n°2 : 

Voici les instructions données par James Pennebaker pour parvenir à ce résultat : "Pendant les 4 prochains jours, écrivez vos pensées et émotions les plus profondes à propos de l'évènement le plus traumatisant de votre vie, ou une situation particulièrement importante pour vous et qui vous a affecté. En écrivant, laissezvous allez à explorer vos sensations les plus profondes. Vous établirez peut-être le lien entre cette circonstance et vos relations avec les autres, comme vos parents, vos amours, des alis ou connaissances; avec votre passé, votre présent et votre avenir; avec qui vous aimeriez être ou qui vous êtes, aussi. Peut-être écrivez vous à propos des mêmes manifestations tous les jours, ou peut-être seront-elles différentes. Tout ce que vous écrivez est parfaitement confidentiel. Ne vous souciez ni de l'orthographe, ni de la grammaire, ni de la structure des phrases. La seule chose qui compte est, une fois que vous avez commencé, de ne plus vous earrêter pendant la durée imposée de l'exercice."

--> L'une des forces de cet exercice est de libérer des émotions enfouies, responsables du travail de sape. Et ses effets secondaire sont également physiologiques. Les participants aux études qui l'ont pratiqué se sont rendu chez leur médecin moins souvent que les autres, ont augmenté leur capacité respiratoire, connu une baisse de leur hypertension et ont amélioré leurs performances sportives.

Du reste, écrire en cas de coup dur est beaucoup plus utile que de parler. Ce qu'à montré une expérience conduite sur des personnes qui venaient d'apprendre leur licenciement. Elles devaient écrire ce qu'elles ressentaient profondément et en quoi cet évènement affecterait leur vie personnelle et professionnelle. Ceux qui avaient pris la peine de le faire ont ressenti une véritable amélioration de leur humeur et de leur bien-être physique. Rédiger permet de créer une histoire et un enchainement qui nous entrainent vers des solutions alors que le récit oral augmente la confusion de la situation. De la même manière, on a pu constater que des participants à qui on avait demandé de raconter par écrit, pendant plusieurs jours, les meilleurs moments de leur vie se montraient, trois mois plus tard, plus heureux que ceux qui ne l'avaient pas faire. Super-pouvoir.

 

atelier-ecriture

Notre corps et notre esprit ne font qu'un et portent les symptômes respectifs des tourments de l'autre. Savoir qu'un stylo ou un clavier peuvent améliorer notre état psychologique et physiologique est un bon argument pour s'encourager à faire ses 15 minutes par jour. Même sans traumatisme, s'il vous est facile d'écrire, offrez-vous l'expérience de tenir un journal intime, sans pression de régularité ou de quantité. Consigner permet d'avancer. Celà permet d'avoir des automatismes quand la vie vous soumet à des obstacles, que les choses se compliquent, vou accablent, vous attristent ou se gâtent. Raconter permet de trier, de relativiser et d'y voir plus clair. De réaliser où et comment vous vous êtes trompé, soit dans vos attentes, soit dans vos actions.Vous vous sentirez toujours mieux quand vous refermerez votre journal. 

On peut aussi tester le journal de l'avenir. En notant pendant 5 jours consécutifs ce qui pourrait rendre notre vie plus heureuse. Si la question est trop large, commencer petit. Qu'est ce qui pourrait rendre la vie 5% plus heureuse ? En le faisant, on se sent plus heureux pendant des mois. Dès que l'effet décline, on s'y met pendant quelques jours. Et les recherches démontrent que tenir un journal intime, dessiner ou mindmaper ses projets augmente la chance de les réaliser

 

Expérience n°3 : La lettre bleue

C'est une lettre écrite à soi-même, la couleur de l'enveloppe donne un lustre à ce curieux courrier. On y glisse une lettre dans laquelle on se sera remercié et félcité pour tout ce qu'est devenue notre vie en l'espace d'un an. Se poser cette question permet d'envisager ce qui nous taraude et nous attire. Il s'agit d'un exercice céatif puisque aucun d'entre nous ne peut prédire le futur. Et pourtant...

Consigner les destinations de tout bord que l'on se fixe :  sensations, actions, découvertes, rencontes, moyens, lieux géographiques, accomplissements, envies particulières, etc. Augmente les chances de choisir les chemins qui y mèneront.

Machine-à-écrire

La lettre commence par " Cher moi, je voulais te remercier et te féliciter parce que depuis un an, voici tout ce que je t'ai vu réaliser et ressentir..." Et chacun continue à sa sauce. Cette projection dans le futur est strictement confidentielle bien sûr. J'insiste pour qu'on s'y parle avec douceur et encouragement ou vigueur et admiration. Qu'on s'y parle surtout gentiment. Certains peuvent y mettre une liste de points accomplis, d'autres s'écrivent une vraie lettre avec des petits commentaires. Plus ce texte vous ressemble, plus vous le reconnaitrez à l'arrivée.

Demandez à quelqu'un de vous la poster ou de vous la donner un an plus tard. Peu de gens se souviennent de l'avoir écrite et la plupart sont surpris de la retrouver.Une participante, après l'avoir reçue, a fait part de son étonnement.

Sans savoir du tout comment tout ce qu'elle y avait inscrit serait possible, elle se voyait vivre ailleurs à mi-temps, changer d'emploi, mieux gagner sa vie pour financer les études de ses grands enfants, être encore surprise par son amoureux et ne souffrir d'aucune maladie compliquée. Elle avait eu la prudence, sur l'enveloppe, de demander, en cas de déménagement, qu'on fasse suivre son courrier, qui l'a retrouvée en Italie, installée dans une autre vie. Nouvelles reponsabilités, santé de fer, enfants en mouvements positifs, revenus augmentés, déménagement partiel. Presque tout y était. Ce qu'elle m'en a dit :"Formidable. Energisant. Drôle. Pousse à réfléchir. C'est bien nous même qui écrivons notre vie."

Elle s'est sentie en charge de la suite. Mesurer sa puissance est une drôle de sensation. Qui ne relève pas que du hasard, mais aussi de la clarté de l'attention que l'on porte à ce qu'on fait. 

--> S'avouer que l'on veut vraiment quelque chose est le superpouvoir qui trace à la craie la destination que nous visons. Par simplicité et parce que c'est pratique, nous suivons alors ce tracé plutôt que de tout réinventer à chaque instant. C'est un exercice qui demande de l'énergie sur le moment et de la patience pour voir un an après ce qui s'est réellement passé. Mais comme, entre les deux, nous sommes occupés à forger la transormation, on a pas l'impression d'attendre puisqu'on est réellement en train de vivre.

 

****************************                                                                                                                                     Sources : Extraits du livre "Power Patate" de Florence Servan Schreiber, P95 à P101.