image

Multi-bénéfices

Sur le plan physiologique, d'abord, il est facile de comprendre que notre organisme n'a pas été conçu pour manger la même quantité et la même nature d'aliments tout au long de l'année. Aujourd'hui, grâce aux artifices modernes, notre alimentation est constante, mais ça n'est pas naturel. La première vertu d'un jeûne est donc d'offrir du repos à notre système digestif, qui consomme 70% de l'énergie que fabrique notre organisme. Si on cesse d'absorber des produits solides pendant un temps limité, l'énergie dont nous disposons se met au service du reste de l'organisme.
Les études démontrent que 3 semaines de jeûne font gagner à notre corps 6 années biologiques, améliore la circulation sanguine, augmente la vitalité, fait perdre du poids et harmonise l'humeur. Le corps privé de nourriture a la capacité à s'auto-alimenter et va se nourrir de ses propres graisses. C'est une faculté dont il est doté naturellement et dont la mémoire demeure, grâce aux variations saisonnières vécues par nos ancêtres.

Sur le plan thérapeutique, le jeûne est utilisé par des médecins en Russie et en Europe de l'Est depuis des décennies. En Allemagne, sa pratique est remboursée par la sécurité sociale, car il soigne certaines pathologies comme les maladies articulaires ou inflammatoires. Il a aussi fait ses preuves en psychiatrie et, depuis peu, en oncologie. De plus en plus de disciplines médicales s'y intéressent et je vous recommande vivement, pour vous faire une opinion, de découvrir l'enquête de Thierry de Lestrade dans son livre "Le jeûne, une nouvelle thérapie" ou le documentaire du même nom.

Sur le plan psychologique, le jeûne apporte une grande clarté mentale, précieuse lorsqu’il y a d’importantes décisions à prendre ou pour faire un point sur sa vie. Dans de nombreuses traditions, il est pratiqué afin de purifier l’esprit, d’atteindre un état de conscience plus clairvoyant. Mais aussi, un lâcher prise, un élan nouveau, une augmentation de la confiance en soi, l'abandon des dépendances. C'est une véritable rencontre avec son propre corps et par là même avec soi-même.

Pourquoi jeûner ?

Fatigue, déprime, excès de poids, troubles chroniques, arthrose, eczéma, asthme, migraine... tous nos maux quotidiens trouvent en partie leurs origines dans notre mode de vie antihygiénique (alimentation excessive et dénaturée, stress, sédentarité, contact insuffisant avec les éléments naturels, ...). Les conséquences de cela sont l'épuisement de notre énergie vitale, des éliminations insuffisantes et donc la surcharge toxinique de notre organisme.

"Les quatre cinquièmes des maladies sont dus aux produits toxiques provenant des fermentations et des putrescences gastro-intestinales causées par une alimentation irrationnelle. Le jeûne est la méthode souveraine pour recouvrer la Santé." Dr Guelpa

Le jeûne hydrique : Comment se déroule t'il?

image

Le jeûne hydrique, lui, prévoit de pouvoir boire de l'eau uniquement. On peut le suivre pendant une journée, une semaine ou même, dans certaines cliniques suisses ou allemandes, jusqu'à 3 semaines avec encadrement médical. On parle alors de jeûne thérapeutique. Les jeûnes longs sont peu recommandables, éprouvants, et doivent être suivis médicalement.
Par contre, les petits jeûnes de 1, 2 ou 3 jours sont à la portée de tout le monde.
Il est recommandé de faire une journée de jeûne tous les 15 jours à partir de 20 ans, et une journée par semaine à partir de 40 ans; plus souvent à la fin de la vie, si l'on s'en porte bien.


II ne faut pas croire que l'on soit tenaillé par la faim - si toutefois vous avez pris soin de programmer le mental la veille. Vous décidez simplement: "demain, je ne mange pas". Si vous oubliez cette programmation, vous ne tiendrez pas.
Pour un jeûne hydrique d'une journée, il n'est besoin d'aucune préparation, sauf si l'on est particulièrement encrassé. Alors, il est souhaitable de prendre une purge (voir plus bas).

Durant la semaine qui précède le séjour de jeûne, il est important de réduire progressivement l'alimentation afin de placer l'organisme dans des conditions facilitant la désintoxication.
- 4 jours avant le début du jeûne supprimer : café, thé, alcool, chocolat, coca ...
- 3jours avant suppression des viandes , poissons et du soja
- 2 jours avant suppression des laitages
- 1 jour avant suppression des féculents (céréales, pain, pommes de terre, pâtes...) :
ne s'alimenter que de fruits et de légumes voire uniquement de jus de légumes ou jus de fruits. Le soir avant le jour j se contenter d'un bouillon de légumes (sans féculent).
- La veille au soir du jeûne, purger son intestin avec du chlorure de magnésium (20g dans un litre d'eau) ou deux cuillères à soupe d'huile de ricin prévue pour éviter les troubles intestinaux.
-De la même façon, il est préconisé de sortir du jeûne progressivement, tout en essayant bien sûr de ne pas replonger dans les mauvaises habitudes!

Ce que vous pouvez boire pendant le jeûne : eau, tisanes, bouillons (sans matière en suspension), jus de fruits filtrés (par exemple avec un extracteur de jus), une à deux cuillères à café de miel par jour.

Exemple d'un menu du jour

Au lever :

  • une à deux tasses de tisane (camomille, ginseng, fenouil...)

10heures :

  • de l’eau minérale ou de l’eau du robinet à volonté.
  • Vous pouvez aussi sucer de temps en temps une rondelle de citron (notamment pour l’haleine)
A midi :
  • soit 1/4 L de bouillon de légumes, 
  • soit 1/4L de jus de légumes frais,
  • soit 1/4L de jus de légumes en bouteille dilué dans de l’eau froide ou chaude selon le goût de chacun
Profiter du temps de midi pour prendre l’air et faire de l’exercice physique, par exemple par une promenade de 45 minutes.
Sieste : 
  • pensez à prendre une bouillotte d’eau chaude à se mettre sur le foie Au réveil, prenez , si cela vous tente, une cuillère de miel 
Après-midi :
  •  1 ou 2 tasses de tisane
  •  1 cuillère de miel
Le soir :
  •  soit 1⁄4 L de jus de fruits au choix, dilué dans de l’eau chaude ou froide
  •  soit 1⁄4 L de jus de légumes
  •  soit 1⁄4 L de bouillon de légumes chaud (comme à midi)

 

La crise curative

Le plus difficile n’est pas de se priver de nourriture, le passage délicat est la crise curative. Cette crise apparaît en général au 3ième jour de jeûne. Cette crise est le signe d’un profond bouleversement dans le corps. L’organisme doit se nourrir de lui-même. Le taux de rejets acidite augmente c’est pourquoi nous appelons ce passage l’acidose. Kieffer l’appelle la crise curative. Plus la personne à de vitalité et de surcharge plus la crise est forte. Les maladies s’aggravent mais en réalité c’est le corps qui déploie toute la nouvelle vitalité disponible pour engager un push ultime pour éliminer la maladie. Cela se traduit par des nausées, faiblesse, migraines. C’est le prix à payer pour passer le cap. Le corps apprend alors à vivre de ses réserves et à fabriquer de lui-même les tissus vitaux.

"Au troisième jour de jeûne le corps passe le plus haut de la detoxification et c’est pour cela que c’est un peu plus délicat." Cette période passée c'est le bonheur.

Plus un tissus est malade et inutile et plus il va être auto-lyser pour nourrir les organes essentiels à la vie. Après 40 jours de jeûne chez un homme normal, le cœur et le cerveau n'ont pas perdu un milligramme.

Les douleurs peuvent alors devenir très fortes, migraine, douleurs articulaires, anciennes blessures, goutte, arthrite, fièvre, éruption, vomissement, diarrhées, urines chargées. C’est à ce moment-là que nous avons le plus besoin d’être accompagné car nous pouvons confondre une crise curative avec un manque alimentaire.

Pour les maux de tête plonger la tête sous l’eau chaude. Il existe aussi des huiles essentielles comme la menthe poivrée ou puressentiel maux de tête à appliquer sur la zone douloureuse. C'est aussi à ce moment là qu'il est bon de se faire masser et de marcher et méditer dans la nature aux contact des ions négatifs.

 

Contre indications 

Le jeûne est contre-indiqué en cas d’amaigrissement extrême, d’anorexie, d’hyperthyroïdie décompensée, d’artériosclérose (cérébrale, coronaire, des membres inférieurs…), d’insuffisance hépatique ou rénale, de grossesse ou d’allaitement, de dépendances multiples, d’ulcère de l’estomac ou du duodénum, de décollement de la rétine, de psychose, de diabète, de maladies tumorales et de maladies auto immunes.

Si vous suivez un traitement médical pour vos systèmes locomoteur, circulatoire, nerveux, respiratoire, dermatologique, digestif, endocrinologique, immunologique, rhumatismale, gynécologique, demandez conseil à votre médecin référent.

Où jeûner ?

image

Sur le plan pratique, il existe des dizaines de lieux en France qui proposent des programmes similaires, Certains parviennent à jeûner chez eux, mais c'est tellement difficile de tout arrêter lorsque tout continue autour de soi. Une retraite, quelle qu'elle soit, a me mérite de nous mettre face à nous même. Dans ce cas précis, faire participer le corps à l'aventure permet de l'habituer vraiment et autrement.
Voici le site qui répertorie tous les centres de jeûne et randonnée :
http://www.ffjr.com

 

 

 

 Les Différentes façons de jeûner 

Pour aller plus loin j'ai publié un autre article sur les différentes façons de jeûner : que ce soit un soir par semaine, 2 jours par semaine, 1 semaine par trimestre, etc. Bref, tout le monde peut s'y mettre, il suffit de trouver le bon compromis. Celui qui s'adapte à votre emploi du temps et votre volonté!

Voici le lien pour accéder a l'autre article :  différentes façons de jeûner

 

 

*********************************
Livre de Florence Servan Schreiber, Power patate, P287-P297 : "redémarrer son disque dur"
http://www.femmesdaujourdhui.be/sante-et-psychologie/141162/jeuner-une-bonne-idee
http://www.alsace-naturo.com/jeune.html
http://www.jeunonsensemble.be/files/2_Achats-et-recettes.pdf
http://www.biocean.fr/jeune_grand_menage.php
http://www.osenvol.fr/blog/2012/04/24/Le-Jeûne-thérapeutique.aspx