Pourquoi le soleil est-il nécessaire pour une santé optimale

p17acjnt5o47013atqat11bid7m4


Il était utilisé dans la Grèce antique et en Arabie pour maîtriser les microbes…

Dans les années 1950, il servait à traiter la tuberculose…

Comment ce remède à tout faire a-t-il été soudain déclaré cancérogène de classe 1 par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) ?

Le Dr Wunsch, un photobiologiste allemand, a décidé d’explorer cette affaire.

Qui peut m’expliquer la chose suivante ?

Le soleil était vu par certaines cultures comme une force divine et bienfaitrice. Comment en est-on arrivé à déclarer qu’il donne le cancer ? C’est l’avis des spécialistes de l’OMS qui l’ont classé comme carcinogène de classe 1.

Les associations anticancer et de nombreux dermatologues applaudissent des deux mains.

Le Dr Wunsch a raison de poser la question en ces termes. Cela souligne l’opposition entre les cultures antiques et modernes.

Nos ancêtres vénéraient le soleil pour son pouvoir de guérir.

Aujourd’hui, on reproche au soleil de donner des maladies (en particulier le cancer). Nous sommes encouragés à nous en protéger le plus possible. L’utilisation des solariums est interdite ou alors surveillée de près.

Certains experts en santé publique militent pour interdire le bronzage. Et les fabricants de crèmes solaires se frottent les mains.

Pourquoi ce revirement si brusque ?

L’étonnante découverte d’Hérodote

Dans l’Égypte ancienne, elle servait à contenir les microbes.

Dans la culture grecque antique et arabe, la lumière du soleil constituait une thérapie en soi.

Le premier témoignage sur l’efficacité thérapeutique du soleil se trouve dans Hérodote, VIe siècle avant J.-C.

Alors qu’Hérodote inspectait des crânes retrouvés sur un champ de bataille entre Égyptiens et Perses, il fut frappé par un détail.

Hérodote remarqua que les crânes des Égyptiens étaient plus épais et solides que ceux des Perses.

Il se souvint alors que les Égyptiens avaient l’habitude de se raser entièrement le corps, y compris la tête, de découvrir leurs bras et leurs jambes… et de prier en direction du soleil.

À l’inverse, les Perses évitaient le soleil. Ils se couvraient la tête et le corps autant que possible.

C’est ainsi qu’Hérodote émit l’idée que le soleil contribuait à renforcer les os. Plus tard, son hypothèse sera confirmée avec la découverte de la vitamine D.

Jusque dans les années 50, on faisait prendre des bains de soleil aux tuberculeux et aux rachitiques.

Cette technique avait été mise en évidence par le Dr Niels Finsen (prix Nobel 1903). Ce Danois utilisait des lentilles pour concentrer la lumière sur une zone de la peau afin de soigner le Lupus vulgaris, une forme de tuberculose.

Le problème était que cette thérapie nécessitait des rayons de soleil puissants, ce qui n’est pas fréquent au Danemark.

Plus tard, le Dr Niels Finsen allait être à l’origine d’un traitement par lampes à arc carbone qui a permis le développement de la photothérapie et de la luminothérapie pour traiter les maladies physiques et mentales.

Le médecin suisse qui soignait le cancer de la peau grâce au soleil !?

En Suisse, le Dr Auguste Rollier s’inspira des travaux du Dr Niels Finsen pour développer des thérapies utilisant les rayons du soleil (héliothérapie).

Grâce à son protocole d’exposition au soleil, il fut le premier à guérir des cas de tuberculose généralisée.

Dans ses ouvrages, le Dr Auguste Rollier s’intéressa aux effets des différentes longueurs d’ondes contenues dans la lumière du soleil : ultraviolets A et B (UVA et UVB).

Il comprit très vite les avantages et les inconvénients de ces rayons ultraviolets.

Il s’aperçut que les UVB permettaient de synthétiser de la vitamine D, mais qu’ils pouvaient aussi modifier la structure de l’ADN. De leur côté, les UVA peuvent abîmer certains tissus.

Pour contrer ces effets indésirables, votre peau utilise le reste du spectre de la lumière (notamment la lumière rouge et « infrarouge proche » (0,78 – 3 µm) pour donner de l’énergie à vos cellules.

En 50 ans de pratique, le Dr Auguste Rollier n’a jamais vu un seul cancer de la peau provoqué par l’héliothérapie. Au contraire même, il traitait les cancers de la peau grâce aux rayons du soleil.

De plus en plus de personnes souffrent d’un manque de soleil !?

En 1928, Adolf Windaus reçut le prix Nobel pour avoir percé le secret de la synthèse de la vitamine D.

Il identifia que ce sont les rayons UVB qui permettent la photosynthèse de la vitamine D dans les couches extérieures de la peau.

Mais au delà des UVB, c’est tout l’ensemble du spectre lumineux du soleil qui est bon pour la santé. C’est pourquoi s’exposer au soleil est mieux que les lampes UV.

Le Dr Wunsch explique : « Avant l’ère des antibiotiques, la photothérapie était utilisée comme traitement de pointe. […] La lumière naturelle (et artificielle) peut agir comme outil d’intervention majeur pour prévenir et guérir les maladies graves. »

Et malgré toutes ces connaissances accumulées… le nombre de personnes en manque de soleil (et donc de vitamine D) augmente chaque année !!!

C’est le mode de vie moderne qui en est la cause :

  • Moins d’agriculteurs, plus d’employés de bureau qui passent leur journée à l’intérieur
  • La télévision, les ordinateurs, les téléphones, les jeux vidéo qui incitent à rester à l’intérieur
  • La vie en ville où il est possible de passer d’un sous-terrain à un ascenseur
  • La généralisation de l’air conditionné qui fait qu’on supporte moins bien la chaleur extérieure.
  • L’alimentation riche en sucre qui épuise les réserves de vitamine D [1]
  • Les viandes d’élevages industriels moins riches en vitamine D que le bio
  • La consommation énorme de médicaments et de pesticides – beaucoup ont pour effet indésirable de bloquer les bienfaits de la vitamine D.
  • La peur généralisée du cancer de la peau et les crèmes solaires qui aggravent la situation [2].

Ce que vous risquez si vous manquez de soleil

Cette carence est liée à quantité de problèmes de santé :

  • Fragilité des os et fibromyalgie [3]
  • Douleurs chroniques (surtout musculaires)
  • Douleurs articulaires et arthrite
  • Faiblesse musculaire [4] et Parkinson
  • Crampes
  • Dysfonction érectile et infertilité
  • Hypertension
  • Mortalité à cause d’une maladie du cœur
  • Problèmes de mémoire et Alzheimer
  • Dépression (y compris dépression saisonnière)
  • Insomnie
  • Fatigue chronique
  • Maux de tête
  • Incapacité à se concentrer
  • Schizophrénie [5] (!)
  • Asthme chez les enfants
  • Obésité
  • Diabète
  • Problèmes digestifs (constipation, diarrhée)
  • Problèmes urinaires
  • Sclérose en plaques
  • Rachitisme

Votre peau est faite pour être exposée progressivement au soleil

bronzer-soleil

Les plantes et les animaux n’attrapent pas de coups de soleil.

Ils savent exactement la quantité de soleil qui leur est nécessaire. Pour se protéger, « les plantes se referment ou retournent leurs feuilles » explique Dr Wunsch. « Les animaux recherchent l’ombre ou profitent de leur pilosité dense. »

Le cochon rose pourrait théoriquement attraper un coup de soleil… mais on observe qu’il se couvre de boue pour se protéger.

L’hippopotame a une autre stratégie : en suant, sa peau sécrète un écran solaire rouge – appelé acide hipposudorique. C’est pourquoi on dit qu’il « sue du sang » !

Et nous, avec notre peau quasiment imberbe, nous avons développé un système de protection incroyablement complexe.

Pour le décrire, je me permets de citer le truculent Michel Tournier :

« Encouragé par Vendredi, Robinson commença à s'exposer nu au soleil. D'abord il avait été tout recroquevillé, laid et honteux. Puis il s'était épanoui. Sa peau avait durci et avait une teinte cuivrée. Il était fier maintenant de sa poitrine bombée et de ses muscles saillants. »

En effet, en s’exposant progressivement au soleil, notre peau bronze… mais surtout, elle s’épaissit.

En quelques semaines, les kératinocytes et les cornéocytes vont accumuler des pigments de mélanine jusqu’à saturation. Ce sont ces pigments de mélanine qui colorent la peau et la protègent des rayons ultraviolets [6]. C’est donc un écran solaire naturel.

Arrêtez de respirer !

Nos chercheurs commencent à peine à identifier les multiples effets positifs du soleil sur le corps (et l’esprit). D’ailleurs, quand on voit la complexité du corps, on peut parier qu’ils n’auront jamais fini d’explorer ses interactions avec le soleil…

Par exemple, on a découvert que notre système nerveux sympathique et parasympathique ainsi que notre horloge interne ajustent nos sécrétions hormonales et autres fonctions internes sur les cycles du soleil.

Le Dr Wunsch explique :

C’est absurde que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) déclare les rayons du soleil responsables du cancer (et recommande de s’en protéger).

C’est aussi absurde que de dire « arrêtez de respirer ! », parce que l’oxygène est la molécule qui compose les radicaux libres du stress oxydatif.

Pour que l’ensemble de la population soit dans un état de santé optimal, nous devons tous être exposés au spectre complet des rayons du soleil (ou, à défaut, se supplémenter en vitamine D).

Les autorités de santé partent du principe que la population est incapable de comprendre les réactions entre le soleil et la peau.

C’est pourquoi elles répètent : « Mettez de la crème solaire pour éviter tout risque. »

Mais enfants, adultes… nous sommes bien moins idiots qu’ils ne l’imaginent !

Tout le monde est capable de comprendre ce qu’est une dose optimale de soleil.

Si vous ne deviez retenir qu’une chose de cette article

Une dose optimale de soleil, c’est 20 minutes sur chaque face (dos, ventre) l’été.

Au delà, il faut se protéger avec des vêtements longs (mieux que la crème solaire).

Et d’octobre à avril, si vous habitez au nord de Rome, vous devez prendre un complément de vitamine D.

Tous les jours de l’été où vous ne prenez pas de bains de soleil, compensez avec un complément de vitamine D (365 jours par an si nécessaire).

En altitude, considérez que c’est l’été toute l’année. En effet, chaque fois que vous grimpez de 1000 m, le rayonnement ultraviolet (UV) augmente de 10 % [7].

Il faut également savoir que :

  • La neige réfléchit 40 à 90 % des rayons UV
  • L’eau réfléchit 10 à 30 % des rayons UV [8]
  • Le sable réfléchit 5 à 25 % des rayons UV (c’est pourquoi on bronze aussi sous un parasol).

Voilà, vous savez tout. 

Maintenant, comment informer toute la population ?

C’est très simple. J’ai calculé qu’il suffisait que vous en parliez à deux personnes de votre entourage et que vous les incitiez à en parler à deux personnes de leur entourage… et ainsi de suite 9 fois, pour que nous touchions 100 millions de personnes ! 



PS : Si vous ne prenez pas encore de vitamine D, voici ce que vous devez savoir :

Il faut prendre de la vitamine D3 sous forme huileuse, minimum 4000 UI par jour. (Ne prenez pas une ampoule pour tout l'hiver, le foie ne pourrait pas en stocker une telle quantité).

Celle que je recommande, car d'origine végétale et sans excipients : http://www.la-vie-naturelle.com/2/oemine-d3-vegetale/site_partenaire:c2fbff2512

Vous pouvez également trouver la Zyma D3 en pharmacie, d'origine animale, interéssante pour les tous petits budgets.

 

 


 

Sources : Lettre d'Eric Müller, Néo-nutrition

[1] Many reasons why vitamin D deficiency has become epidemic

[2] It's poison: Gisele Bundchen angers cancer experts by saying people shouldn't wear sun lotion

[3] Symptoms & Diseases Associated With Vitamin D Deficiency

[4] Vitamin D Deficiency

[5] 5 Illnesses Linked to Vitamin D Deficiency

[6] Médecine : Kératinocyte

[7] Le soleil est-il moins dangereux en montagne ?

[8] UV : non, l'eau ne protège pas des ultraviolets du soleil !