ayurveda

Une médecine traditionnelle et actuelle

L’ayurvéda est une médecine traditionnelle très vaste, ancienne et expérimentée, élaborée en Inde au fil des millénaires. C’est aussi une médecine actuelle, pertinente, qui parvient à des résultats phénoménaux pour soigner des pathologies réputées incurables en médecine moderne.

Les principes de base de l’ayurvéda sont simples et peuvent être compris rapidement. Ils nous accompagnent dans nos choix quotidiens d’activités et de nourriture. Ces mêmes principes se complexifient et se nuancent pour dénouer les problématiques plus coriaces et satisfaire les plus expérimentés.

Les trois doshas, la clef de voûte de la médecine ayurvédique

C’est grâce au concept des trois doshas que l’Ayurvéda nous aide à retrouver notre bien-être, indiquant à la fois la direction à suivre offrant une foule de moyens d’y parvenir.

Le mouvement, la transformation, la préservation. Ce sont trois principes inhérents à la vie, présents à toutes les échelles, de l’atome au système solaire. On les nomme vata, pitta et kapha en ayurvéda, ce qui anime, transforme et préserve.

Les doshas regroupent toutes les influences qui ont un impact sur notre vie (nourriture, climat, activités, humeur, malaises…) pour nous permettre de les regrouper et de comprendre leurs interactions à l’aide d’une vue d’ensemble.

Grâce aux doshas, on agit de concert sur un ensemble de symptômes apparemment disparates comme la sécheresse, l’anxiété et la douleur par exemple.

Voici un résumé de ce que représentent les dosha, mais si vous voulez evaluer quel est votre Dosha dominant, Il existe un questionnaire sur ce site :

http://www.leparadisier.com/questionnaire-dosha.html



Vata, le mouvement

Le principe du mouvement nous renvoie à la motricité, aux influx nerveux ainsi qu’à l’enthousiasme et à la curiosité. Physiquement, vata s’exprime par un corps filiforme et irrégulier. En excès, vata engendre des ballonnements, la douleur, la confusion, la rigidité et la peur. Il assèche l’organisme, parfois jusqu’à la constipation. Vata est soulagé par l’application de chaleur, l’hydratation, la confiance, la douceur et les plats onctueux et consistants.

Pour en savoir plus sur ce dosha : http://www.mangersantebio.org/9228/les-trois-doshas-en-ayurveda-vata-ou-le-mouvement

Une petite astuce très sympa pour régulariser votre dosha :

Recette pour régulariser vata : les carminatifs

Ingrédients :

  • 2 parts Cumin moulu
  • 2 parts Cannelle moule
  • 1 part Basilic séché
  • 1 part Muscade
  • 1 part Clou de girofle moulu

Vous pouvez aussi mélanger ensemble les poudres de fenouil, de graines de coriandre, de graines de céleri et de gingembre séché pour obtenir une combinaison harmonieuse et plus fraîche. Plusieurs autres épices et d’aromates sont bénéfiques pour vata, tels la cardamome, le fenugrec, les graines de moutarde, l’origan et le romarin.

 


 

Pitta, la transformation

Le principe de la transformation fait référence à la digestion des aliments, aux processus chimiques ainsi qu’à l’intensité et à l’ambition. Physiquement, pitta se distingue par un corps proportionné et lustré. En excès, pitta provoque des sensations de brûlure, des infections et de la colère. Pitta intoxique et acidifie l’organisme. On apaise pitta par l’application de froid, par le calme, le contentement, en évitant les sources d’acidité, de toxines et en consommant des légumes verts et amers.

Pour en savoir plus sur ce dosha : http://www.mangersantebio.org/9474/les-trois-doshas-en-ayurveda-pitta-ou-la-transformation

Recette pour régulariser pitta : épices rafraîchissantes

Ingrédients :

  • 2 parts Graines de cumin moulu
  • 2 parts Graines de coriandre moulues
  • 2 parts Persil séché
  • 1 part Curcuma en poudre
  • 1 part Ajwain moulu (optionnel)

Par ailleurs, dans la catégorie des épices rafraîchissantes, on retrouve aussi la menthe douce, le safran ainsi que la cardamome, le fenouil, le fenugrec et le sel rose, lorsque utilisés en petites quantités.

 


 

Kapha, la préservation

Le principe de préservation représente ce qui constitue et protège l’organisme : squelette, tissus, graisses, fluides et système immunitaire. Physiquement, kapha se développe par un corps généreux et une solide ossature. En excès, kapha engendre du mucus, de la léthargie, de l’attachement et de la tristesse. Kapha ralentit la digestion et le métabolisme. On apaise kapha par l’application de chaleur, par le mouvement, les défis, le détachement et de la nourriture légère aux saveurs relevées.

Pour en savoir plus sur ce dosha : http://www.mangersantebio.org/9840/les-trois-doshas-en-ayurveda-kapha-ou-la-preservation

Recette pour régulariser kapha : les trois-piquants

Ingrédients :

  • 1 part Poivre long (aussi appelé pippali)
  • 1 part Poivre noir
  • 1 part Gingembre séché

Ajoutez de la cannelle et du carvi dans les mêmes proportions pour accroître l’effet expectorant. La cannelle contribue aussi à la perte de poids et constitue un bon bactéricide. D’autres épices amères et/ou piquantes peuvent être bénéfiques pour kapha : anis, basilic, clou de girofle, cumin, curcuma, fenugrec, graines de moutarde, thym ou romarin.

 


 

Vers l’équilibre

Pour parvenir à retrouver l’équilibre des doshas, l’ayurvéda évalue la nature de l’individu et détermine son état actuel, afin de lui recommander une marche à suivre personnalisée sur mesure.

Trois doshas et équilibre

L’ayurvéda utilise une panoplie de thérapies diverses pour parvenir à ses fins, de l’aromathérapie à l’herboristerie, en passant par la chirurgie et la parapsychologie. Il ne s’agit pas de prôner une approche particulière, mais bien de développer une myriade de stratégies en fonction des besoins du bénéficiaire.

L’ayurvéda a également développé des thérapies qui lui sont propres notamment les abhyangas, massages à l’huile médicinale, le shirodhara où l’on coule un filet d’huile chaude sur le front ainsi qu’un art des points vitaux, la science des marmas, qui démontre des résultats inouïs.

En tant qu’individu, l’ayurvéda développe notre autonomie et notre sens critique face à une jungle d’informations, parfois contradictoires. Nous apprenons à faire des choix plus conscients et efficaces quant à notre santé.

Collectivement, profitons de l’expérience de l’ayurvéda et joignons ses forces aux meilleures disciplines pratiquées de nos jours. Toutes les régions du monde sont en mesure d’en tirer bienfaits à l’aide de leurs propres plantes médicinales et de leurs propres approches thérapeutiques.

L’ayurvéda ancien aux temps modernes

Les auteurs des textes des forêts, les Aranyakas – qui datent de l’apparition des premiers villages – se sont montrés inquiets que, sous un urbanisme croissant, le stress devienne la cause principale des maladies. (1) En effet, le stress est devenu un facteur principal dans de nombreuses causes de mortalités dominantes au XXIe siècle : maladies du cœur, arrêts cardiaques, diabète, hypertension, cancers et on pourrait même inclure les accidents de la route dans le décompte. (2)

 


Pour mieux comprendre l'Ayurveda, un premier article avait été publié il y a quelques mois : http://cheminsdelasante.canalblog.com/archives/2015/10/03/32720485.html

 


Source :

http://www.ayurvedarevolution.com/layurveda-et-les-trois-doshas/

Notes et références
(1) Documentaire : Ayurveda, the Art of Being, Auteur et réalisateur Pan Nalin, 2001
(2) Source OMS : Percentage of deaths: Both sexes