https___image

 

Je voulais vous faire part de mon expérience d'un programme de 8 semaines d'entrainement à la pleine présence.

Une fois par semaine, je me réunis avec 15 autres personnes, dans une atmosphère bienveillante afin d'expérimenter ce qu'est la pleine présence. Pendant trois heures nous sommes ensemble et nous découvrons comment être pleinement présent à soi quelque soit la situation. Puis nous continuons chez nous à mettre en pratique ce que nous avons appris

Expérimenter : c'est vraiment ça le mot d'ordre!

Nous avons expérimenter semaine après semaine, en progressant en douceur grâce à la pratique. Au début il s'agissait simplement d'avoir conscience de notre corps, de notre respiration, de nos sensations agréables ou désagréable. Etre pleinement présent aux sons, à la vue, au goût, au toucher. Puis peu à peu nous avons commencer à nous ouvrir à nos émotions, à les accueillir comme des amies. Mais aussi observer nos pensées et ne pas les suivre, juste les laisser passer, voir ce qu'elles provoquent en nous, etc. 

Au moment où je vous écrit nous entamons la 6ème semaine. Ce soir le thème était la communication et la relation. Je ne pensais pas vivre autant de choses fortes par la méditation. je ne pensais pas changer autant de perception sur moi et sur les autres grâce à ce programme. 

Ce soir par exemple, nous avons appris à rester pleinement ouvert à soi-même et à l'autre en ayant simplement conscience du groupe : ressentir la présence des autres, du lien invisible qui nous lie. Accueillir et offrir notre présence à l'autre. Sentir tout cela par le simple fait d'être là. Comme un sentiment d'unité.  

Nous avons ensuite était en binôme, assis face à face. Tout en restant pleinement présent à notre respiration, a notre propre présence, nous avons peu à peu ouvert notre conscience à la personne en face de nous, jusqu'à la regarder dans les yeux. Cette expérience m'a profondément touchée. regarder l'autre tout en restant connecté à soi, sans penser, sans s'embarquer dans des interprétations et des commentaires internes donne à cet échange de regard  de la pureté et de la bienveillance. Bien entendu le mental refait parfois surface pour nous dire " tu as l'air ridicule à fixer comme ça" ou "à quoi pense l'autre ? ", "peut être que je devrais regarder ailleurs", etc. Mais lorsque l'on revient dans le présent, alors l'expérience prend toute sa saveur. Cela aide beaucoup à se détacher du jugement que l'on se porte ou celui que l'on croit que l'autre a sur nous. 

Une autre expérience très riche, était d'écouter l'autre parler pendant trois minutes, toujours dans cet état de pleine présence et sans l'interrompre. Sans chercher à interpréter ses propos ou à se demander ce que l'on pourrait répondre. Tout en restant connecté à ses propres ressentis. Ca à l'air simple dit comme ça, pourtant l'exercice est délicat : il s'agit de ne pas se perdre dans ce que dit l'autre, de ne pas chercher à le ramener à sa propre expérience ou à nos propres identifications. Dans cet exercice on se rend bien compte à quel point on se raconte des histoires. A quel point on écoute jamais pleinement et totalement. Mais aussi à quel point on oubli de voir ce que ça fait en nous : nos ressentis, notre respiration, nos sensations. Tout ça est mit en avant durant l'exercice. Ca demande de l'entrainement et j'ai bien l'intention de persévérer afin de rester pleinement moi lorsque je suis dans la relation à l'autre.

Au final ce que l'on cherche dans toutes ces expériences c'est l'authenticité. C'est prendre conscience des masques que l'on met face à l'autre. Mais aussi des ressentis que l'on étouffe ou que l'on ignore. 

Il est difficile de retranscrire une expérimentation, elle se vit, elle se ressent ! Je ne peux que vous encourager à tenter l'expérience tellement c'est intense. 

 

Ce que ça m'apporte à ce stade au quotidien :

De la simplicité et de la paix. Une véritable connexion à soi, comme une mise à nue, je me découvre dans chaque contexte de la vie. En laissant partir les pensées, je laisse la place au corps, aux ressentis, aux émotions et ainsi je découvre ma véritable nature. C'est un "exercice" quotidien car les pensées ne cesseront jamais de vouloir reprendre le dessus. Mais petit à petit le mental prend moins de place et a moins d'importance. A force je cerne mieux mes mécanismes, mes masques, mes défenses. Je me sens vivre plus intensément : je sens une ouverture en moi lorsque je vois le vent dans les arbres ou un coucher de soleil. J'ai conscience de mes pieds qui foulent le sol quand je marche dans la rue. Je sens ma respiration se modifier lorsque je suis émue. Lorsque je ris ou que je sens le bien-être je l'accueille pleinement et lorsque je sens la colère ou la tristesse m'emparer, de la même manière je les accueilles sans jugement. 

Ce que l'on nous a principalement appris durant ce programme : la souffrance est proportionnelle à la résistance que nous mettons à accepter ce qui est. Autrement dit : L'intensité de la souffrance dépend du degré de résistance au moment présent. 

Comprendre cette phrase est essentielle pour connaitre la paix en soi :

  1. Résister à nos émotions c'est mettre une énergie importante dans une lutte interne afin de ne pas la voir. En utilisant tout un tas de stratagèmes de fuites, d'actions ou de dénis. Alors qu'accepter ce que nous ressentons c'est percevoir enfin une détente en soi, même si l'émotion est intense et désagréable, il n'y a plus ce conflit intérieur et peu à peu la paix s'installe.
  2. Résister à nos douleurs c'est ajouter encore plus de tensions, de crispations, de nervosité à  quelques chose de déjà désagréable. Pourtant accepter la douleur telle qu'elle est,  c'est arreter de lutter à quelque chose qui de toute façon est là et qui ne demande qu'à être soigné, pansé. 

 

Donc accepter ce qui est, petit à petit est vraiment une clé essentielle si vous êtes en quête de mieux-être.

SEMINAIRE_PLEINE_PRESENCE_OPEN_MINDFULNESS_TRAINING-300x300

 

Aujourd'hui, au moment où je finis cet article, j'ai finit le programme de 8 semaines il y a déjà un mois et je ne peux que vous encourager à tenter l'expérience. Ca a été transformateur, mes perceptions ont changées, le calme s'est d'avantage installé en moi et je me sens encore plus autonome et solide face aux évènements de la vie. La méditation aide réellement à gérer ses émotions, à se gérer et se responsabiliser. Méditer de mon point de vue : c'est être un arbre, solidement ancré, qui peut se retrouver sous un soleil brillant ou au beau milieu d'une tempête, être légèrement bousculé par les évènements extérieurs et peut perdre quelques feuilles , mais à l'intérieur de soi le calme et la force sont là. L'arbre ne bouge pas. Il reste aligné, il reste centré. 

 

Pour en savoir plus sur le programme il y a un site dédié à l'OMT (Open Mindfullness Training) : https://www.openmindfulness.net/ . Vous pouvez suivre l'entrainement en ligne. Mais  je ne peux que vous encourager à le faire en présentiel, avec un enseignant bienveillant et avec la puissance et la motivation du groupe qui vous portera pendant ces 8 semaines. 

Florence Savornin